J+74 Réveillon et retrouvailles sur la ligne d'arrivée

Au départ de Dakar au Sénégal, ils avaient choisi des routes complètement différentes, le premier dans le grand Sud, le second dans le Nord, et ne s’étaient jamais revus depuis. Et pourtant, ils se sont retrouvés à quelques encablures seulement de la ligne d’arrivée. Malgré ses travers, l’océan du Large peut aussi offrir des moments d’une rare improbabilité, nos deux rameurs du jour, le breton Didier Torre et l’aptésien Rémy Landier ont coupé la ligne à moins de deux heures d’écart, après une folle poursuite à plus de 3 nœuds dans les faveurs du courant sud-équatorial jusqu’aux îles du Salut sous des vents d’Alizés enfin de retour. Épuises et durablement marqués par 74 jours de mer, près de deux mois et demi d’une vie de solitaire, nos deux comparses ont aperçu la terre ferme ce matin à peine 10 milles avant de l’atteindre. Cette frontière du retour à la vie normale est brutale, les nerfs et l’émotion intense de la réussite les maintiennent éveillés, les marins ressentent légitimement un mal de terre aux effets autant physiques que psychologiques. Le fait de choisir une arrivée le jour du réveillon de la St Sylvestre contribue sans nul doute à conforter ce retour à la vie normale.

Rames Guyane J+74

Les joies immenses de ces deux marins et de leurs proches contrastent avec la situation encore compliquée des marins encore en mer. Comment ne pas souhaiter directement la bonne année à son être cher, alors que d’autres savourent ce plaisir simple mais immensément fort en la circonstance ? Soyez assurés messieurs les rameurs au Large que nous ne vous abandonnerons jamais avant votre retour assuré sur la terre ferme !

 

Au Nord, tous les yeux sont rivés sur la route de Gérard Marie qui aborde le courant traversier. Malgré l’aide des Alizés à près de 20 nœuds, ce mystérieux flux de nord invisible sur les cartes de courants reste présent sur zone et a affecté le cap de Gérard qui suit presque à l’identique la route de ceux qui l’y ont précédé. Gageons que l’intensité actuelle des Alizés lui permette de partir à l’Ouest plutôt qu’à l’Est dans cette infernale boucle du maelström. Au Sud, Mathieu Martin passe lui aussi son second réveillon en mer et partage cette fête avec ce généreux courant sud-équatorial qui le porte à plus de 3 nœuds vers la Ligne, suivi de Patrice Maciel quelques 200 milles dans son sillage.

 

Au centre, Olivier Montiel et Patrice Charlet (alias Mac Coy) continuent d’être remorqués par le voilier « Béru » qui devrait toucher terre dimanche 4 janvier prochain.


D’ici là, du large, nos meilleurs vœux à tous pour cette nouvelle année !

 

Mathieu Morverand

Écrire commentaire

Commentaires : 0

     De retour sur terre après

77 JOURS

Soutenez Grain de Poivre

Newsletter

Toutes les news, directement dans votre boîte emails, pas plus d'un email par mois !

Saisissez votre adresse email :

Nos partenaires

Nos partenaires : Thelia, www.AWRS.fr, Eurecat, Commune de Saint Georges-les-Bains, Guilherand-Granges, Radio France Bleu, Radio RCF, Radio MTI, GGTV, Valrhona, Atelier Bruno, Charles et Alice, interm