J+51 Plus vite sans rien changer

Moins de 400 milles (740 km) séparent maintenant Jean-Pierre de la ligne d’arrivée. Talonné par ses poursuivants qui se rapprochent inéluctablement, Jean-Pierre qui a mené remarquablement la course jusque-là connaît ces dernières heures un moment de vague à l’âme. Aux avant-postes,  il sait que c’est à lui que revient le mauvais rôle d’expérimenter les passages à travers cette zone de courants tourmentée. Lorsqu’il réussit, tout le monde le suit mais lorsqu’il s’égare dans une mauvaise passe, ses poursuivants le savent et contournent l’obstacle en connaissance en évitant ainsi de s’y confronter eux-mêmes. C’est la dure loi de la course qui pourrait vivre son apogée à proximité immédiate de la Guyane, élevant encore d’un niveau le suspense haletant qui règne désormais sur l’événement. Laurent, qui n’est plus qu’à 50 milles de Jean-Pierre commence même à imaginer une arrivée groupée, ce qui selon lui récompenserait de fort belle manière ce petit groupe qui a navigué quasiment bord à bord pendant l’essentiel de la traversée. A l’image de Salomé, qui occupe sans faillir avec un moral remarquable, ces 5 rameurs en tête mènent actuellement une course difficile un peu plus vers l’ouest que prévu, s’adaptant en permanence aux évolutions des courants pour choisir la meilleure passe. Il leur tarde d’attraper enfin les faveurs du courant sud-équatorial pour enfin distinguer dans quelques jours à présent le profil des îles du Salut sur la ligne d’horizon au-delà de leur étrave.

La carte des positions du jour nous montre que cette tendance au regroupement est générale. Les rameurs un peu plus en arrière au Nord ont à leur tour profité de bonnes conditions et ont commencé à réduire l’écart. Gérard a parcouru plus de 120 milles à trois jours et se plait à savourer le plaisir de la « vitesse ». Olivier lui s’étonne presque d’aller plus vite sans rien changer à ses habitudes, ce qui témoigne de l’impact que peuvent avoir les éléments sur ce type d’embarcation à la merci du moindre changement. Comme Remy, Mathieu, Catherine, Patrice et Philippe, ils espèrent que ces vents porteurs vont perdurer suffisamment longtemps pour les amener jusqu’en Guyane. Les deux sudistes poursuivent quant à eux leur folle remontée et se rapprochent également du reste de la flottille. Une arrivée groupée serait formidable mais les distances qui séparent encore les rameurs sont considérables et la route sans doute semée de nouvelles embuches.


Mathieu Morverand

     De retour sur terre après

77 JOURS

Soutenez Grain de Poivre

Newsletter

Toutes les news, directement dans votre boîte emails, pas plus d'un email par mois !

Saisissez votre adresse email :

Nos partenaires

Nos partenaires : Thelia, www.AWRS.fr, Eurecat, Commune de Saint Georges-les-Bains, Guilherand-Granges, Radio France Bleu, Radio RCF, Radio MTI, GGTV, Valrhona, Atelier Bruno, Charles et Alice, interm